Les plantes aquatiques envahissantes comme source d’énergie en Afrique de l’Ouest

7ème Semaine africaine de l’eau – Jour 3

Du 29 octobre au 2 novembre, a lieu au Gabon, la 7ème Semaine africaine de l’eau qui s’organise cette année autour de la thématique “Vers la réalisation de la sécurité de l’eau et l’assainissement géré de manière sûre pour l’Afrique”.  A cette occasion, le réseau Projection vous fait (re)découvrir chaque jour des projets et/ou des actualités sur l’eau en Afrique.

 

Les plantes envahissantes aquatiques sont une des problématiques prioritaires en Afrique de l’Ouest. Leur prolifération dans les fleuves et les rivières a un impact important sur la santé publique, la sécurité des approvisionnements en eau, la prévention des risques naturels et le maintien de la biodiversité. Pour lutter contre ce phénomène et en tirer parti, des projets de valorisation des plantes nuisibles se mettent en place à travers l’Afrique.

Jacigreen : la jacinthe d’eau comme source d’électricité au Niger

Copyright : UNICEF Niger

La jacinthe d’eau, plante exotique originaire d’Amazonie, prolifère dans les cours d’eau du fleuve Niger, du lac Victoria et de nombreux autres plans d’eau à travers le continent. A un certain niveau de maturité, la jacinthe d’eau étouffe la vie aquatique, réduit l’accès aux lieux de pêche, la qualité de l’eau potable et contribue à favoriser la reproduction des moustiques porteurs du paludisme.

En 2015, la nigérienne Mariama Mamane âgée de 26 ans, a créé la strat-up Jacigreen dont l’objectif est de transformer la jacinthe d’eau en engrais naturel et en électricité. Ce projet éco-innovant a notamment remporté le prix « Parcours entrepreneur » de l’école internationale d’ingénieurs 2iE de Ouagadougou (2016) ainsi que le le prix « Jeune Champion de la Terre » décerné par ONU Environnement (2017).

Pour en savoir plus, consultez la page de présentation du projet ici

Sources et articles :
« A Ouagadougou, une élève ingénieure veut produire de l’électricité avec la jacinthe d’eau », Le Monde
Interview de Mariama Mamane, BAIWA

 

Projet TyCCAO de valoristaion du Typha en Afrique de l’Ouest

Copyright : GRET

Réputé nuisible pour les écosystèmes des zones humides, le roseau Thypha Australis prolifère dans le bassin du fleuve Sénégal depuis plusieurs décennies. 150 000 hectares de ce précieux milieu aquatique sont maintenant occupés par cette plante qui impacte les populations riveraines sénégalaise et mauritanienne, envahit les zones de culture, compromet les activités de pêche et les fragilise les infrastructures modernes d’irrigation.

Lancé en septembre 2018, ce programme de valorisation prévoit l’utilisation du thypa comme charbon combustible et matériau de construction au Sénégal et en Mauritanie. Développé dans un centre de recherche mauritanien, ce savoir-faire permet une utilisation plus propre et moins cher du combustible, et améliore les conditions sanitaires et nutritionnelles des familles.

Partenaires du projet : ADEME, GRET, DEEC, BioBuildConcept, OMVS, République du Sénégal, République islamique de Mauritanie

Pour en savoir plus :
Consultez la fiche de présentation du projet : ici
Visionnez l’interview de Minh Cuong Le Quan Expert Énergie du projet TYPHA (GRET) : ici