Nos groupes de travail thématiques

Projection organise ponctuellement des groupes de travail, à une échelle nationale ou internationale, de manière à mener des travaux de réflexion sur les services essentiels dans les pays en développement. Cette pratique permet de réunir des membres du réseau qui souhaitent travailler sur une même thématique.

Le réseau s’efforce de valoriser les résultats des travaux via différents supports : une publication, une exposition, un jeu de société, un jeu vidéo, etc. Dans tous les cas, le contenu permet de faire émerger des recommandations de jeunes professionnels d’horizons différents, et dans certains cas des solutions concrètes de terrain.

 

Les groupes en cours

Le rapport à l’échec dans les projets de développement

VIMAPRO : VIdange MAnuelle PROpre en Afrique de l’Ouest

Le piratage des réseaux

La gestion des déchets dans les quartiers informels

 

Les groupes finalisés

L’accès à l’énergie dans les pays du Sud

D’un monde de bidonville à un monde de solutions

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les groupes en cours

Le rapport à l’échec dans les projets de développement

SONY DSCLe réseau Projection s’intéresse depuis quelques années à la question du « rapport à l’échec » dans les projets de développement. La réflexion est partie du constat qu’il est difficile de parler ouvertement de l’échec dans le milieu de la solidarité et de la coopération internationale, qu’il existe un tabou entre professionnels et au sein même des structures œuvrant pour l’aide au développement et à l’accès aux services essentiels.

Le lancement du groupe de travail s’inscrit dans la lignée des actions menées par le réseau Projection sur le sujet : rencontres « Jeunes professionnels », débats et Café « Apprenons de nos erreurs » ainsi que le Mur de l’échec tous deux organisés lors de la troisième édition du forum DEFIS SUD etc. Le sujet a également fait l’objet d’un travail collaboratif avec des étudiantes de Sciences Po Paris qui ont mené une enquête et recueilli les témoignages de nombreux professionnels du secteur.

Le groupe de travail consacré au sujet cherche à proposer des solutions innovantes permettant aux professionnels, juniors comme seniors, de dédramatiser l’échec. Depuis la nouvelle année scolaire, Projection s’est mobilisé autour d’un nouveau projet, la production d’un livrable ludique et décalé mettant en scène des situations d’échecs, illustrées par des dessins humoristiques,  eux mêmes accompagnés de textes explicatifs permettant de replacer le contexte. Les dessins imaginés s’inspireront de faits réels qui pourront être légèrement modifiés voire amplifiés pour servir l’objet de la critique et tout cela dans l’esprit Projection.

Le rapport à l’échec dans les projets de développement est également décrypté …

…et a fait l’objet d’une Journée d’échanges à l’AFD le 8 octobre 2015.

Le compte-rendu de cette journée ainsi que le guide « Apprenons de nos erreurs ! » sont désormais disponibles.

 

Si vous êtes intéressés pour participer à ce groupe de travail ou pour avoir plus d’informations, contactez Valérie, Animatrice de ce groupe de travail, en lui envoyant un mail à valerie.marie-yagappa@reseauprojection.org.

 

VIMAPRO : VIdange MAnuelle PROpre en Afrique de l’Ouest

 

En cours de création

Le piratage des réseaux

Electricité Inde Mathieu MartinLe réseau Projection a récemment lancé un nouveau groupe de travail sur le piratage des réseaux. Derrière ce terme mystérieux se cache la réalité des branchements illégaux et autres détournements des réseaux.

Vous travaillez dans un pays au Sud, ou y êtes déjà partis en mission ou en vacances ? Alors vous avez déjà vu une centaine de fils entremêlés sur un même poteau électrique, ou bien dix robinets raccordés sur une même borne fontaine… Ces piratages sont très présents dans les villes en développement mais pourtant peu étudiés.

Ces détournements des réseaux ont souvent une connotation négative car considérés comme du piratage, de la fraude ou encore des connexions clandestines (« bidouillage » de compteurs, réseaux spaghettis etc.), et sont associés aux dangers, aussi bien techniques (risque de contamination de l’eau) qu’économiques (déséquilibre du service pour l’opérateur). Mais ces détournements sont bien souvent rationnels, et répondent à un besoin que de nombreuses villes du Sud ne sont pas en mesure de prendre en charge, par manque de moyens et/ou d’institutions par exemple.

Ces pratiques ne sont-elles pas ainsi un mode d’accès aux services essentiels, hors de la sphère officielle ?

Le réseau Projection se penche sur ce sujet encore peu étudié en cherchant à approfondir le sujet de manière originale et décalée. Afin d’alimenter les exemples et mieux comprendre les différentes formes de piratage, Projection a lancé un jeu concours photos pour collecter des cas concrets de détournements. L’objectif est de produire un livrable ludique.

Une Rencontre mensuelle a été dédiée à ce groupe de travail. Elle a permis d’éclaircir la notion de piratage et les différentes futures étapes de travail du groupe. Le compte-rendu est disponible.

Si vous êtes intéressés pour participer à ce groupe de travail ou pour avoir plus d’informations, contactez Fabien, Animateur de ce groupe de travail, en lui envoyant un mail à fabien.rabouille@reseauprojection.org .

 

La gestion des déchets dans les quartiers informels

DéchetsGTFort du succès de l’exposition sur l’accès à l’eau et à l’assainissement dans les bidonvilles, et de la pertinence du travail réalisé, Projection a souhaité poursuivre cette réflexion en ouvrant la problématique à un autre type de service : la gestion des déchets.
Ainsi, un groupe de travail a été constitué en 2012 afin d’étudier cet aspect, dans la continuité des travaux du groupe de travail « D’un monde de bidonvilles à un monde de solutions ».

De quoi parle-t-il ? Le groupe de travail étudie la gestion des déchets ménagers et assimilés (commerces) dans les quartiers informels, et son rôle plausible dans l’intégration de ces zones dans l’espace urbain.

Après une pause, le groupe de travail s’est relancé cette année et a abouti à la rédaction d’une synthèse.

Ce livret est le fruit d’un groupe de réflexion pluridisciplinaire et multi-acteurs qui a vu le jour en 2012 et qui a évolué au fil des contributions, jusqu’à former une synthèse reprenant les grands thèmes liés à la gestion des déchets dans les quartiers précaires. Il s’appuie sur une recherche documentaire ainsi que sur la participation active de membres du réseau Projection impliqués de près ou de loin sur cette thématique. La série d’études de cas concrets nous vient d’expériences de terrain partagées par les membres contributeurs du réseau et rend ce document le plus pragmatique possible.

Cette synthèse sera disponible prochainement !

 


 

Les groupes finalisés

L’accès à l’énergie dans les pays du Sud

Jeu énergieA l’initiative de certains membres du réseau spécialistes des questions énergétiques ou intéressés par le développement de ce sujet, Projection a constitué un groupe de travail sur l’accès à l’énergie dans les centres urbains des pays du Sud.

De quoi parle-t-il ? Le groupe de travail étudie les différentes énergies utilisées par les ménages dans leurs activités quotidiennes, en incluant les activités productives des particuliers et en excluant les usages commerciaux.

Les travaux du groupe ont abouti à la création d’un jeu de sensibilisation, reprenant les principes du jeu de l’oie, qui permet de vivre le fil d’une journée dans la peau d’un habitant ou d’une habitante d’un pays en développement, et d’être ainsi confronté à de multiples situations en matière de choix énergétiques.

Le jeu a été testé à plusieurs reprises avec succès. Il sera donc rendu autonome et diffusable prochainement !

 

D’un monde de bidonvilles à un monde de solutions

 

bidonvilles

Le premier groupe de travail du réseau Projection, qui a mobilisé des jeunes professionnels à travers le monde, a réalisé un projet de plaidoyer pour l’accès aux services essentiels dans les bidonvilles intitulé « D’un monde de bidonvilles à un monde de solutions ». Ce projet est né du constat selon lequel les quartiers dits « bidonvilles », ou « slums », constituent aujourd’hui l’habitat de plus de 30% de la population urbaine mondiale selon ONU-Habitat, et sont appelés à abriter une personne sur trois d’ici 2030.

Le terme de « bidonville » relève de réalités diverses et complexes, et les définitions varient selon les continents et les contextes locaux. Si la qualité des logements est inégale dans les bidonvilles (de la simple cabane aux structures permanentes), l’accès à l’eau, l’assainissement, l’électricité et autres services de base est généralement limité. Ainsi, ce manque d’accès aux services essentiels est l’une des caractéristiques les plus fréquemment mentionnées pour définir les bidonvilles à travers le monde.

Le manque d’accès à des installations sanitaires améliorées et des sources d’eau améliorées étant les situations les plus récurrentes, le projet a été mené pour promouvoir des solutions de terrain à même de remédier à ce manque.

Les travaux des jeunes professionnels participants au groupe ont abouti à la création d’une exposition qui a été inauguré lors du 6ème Forum Mondial de l’Eau en 2012.

Direction Nos événements pour découvrir l’exposition !

 

Retour au menu                                                                                         Haut de page