VIMAPRO – « Vidange MAnuelle PROpre »

De 2015 à 2017, Le projet VIMAPRO (VIdange MAnuelle PROpre) , vise à appuyer le secteur de la vidange manuelle en rendant l’activité des vidangeurs mieux structurée, plus décente, plus hygiénique, reconnue par les autorités, et économiquement rentable. Il s’inscrit dans la continuité du projet Sani Tsapta, et est financé en grande partie par l’Agence de l’Eau Artois Picardie, l’Agence des Microprojets et la Fondation Veolia.

Il est mis en œuvre par trois structures partenaires : le réseau Projection, l’Association des Jeunes pour le Développement Durable au Burkina Faso (AJDD/BF) et L’ABASE, Association Burkinabé pour l’Assainissement et la Sauvegarde de l’Environnement composée de 48 vidangeurs manuels.

VIMAPRO est parti du constat que :

  • Ces vidangeurs travaillent dans des conditions sanitaires déplorables et sont exposés à de nombreux dangers sur leur lieu de travail ;
  • Ils souffrent également d’une absence de cadre institutionnel et juridique formalisé ;
  • Par manque d’infrastructures appropriées, les boues de vidange rejetées dans la nature entraînent une pollution de l’environnement et la prolifération de maladies.

Pour tout savoir,  consultez la  fiche-projet et le film du projet !

Retrouvez également divers moments-clés du Projet :

 

  • 21 avril 2016 : Une rencontre mensuelle en France sur le projet VIMAPRO

Cléo Lossouarn, chef de projets  au SIAAP et Germain Labonne, responsable de l’Antenne Afrique de l’Ouest de Projection en 2012-2013, ont présenté à l’occasion de cette rencontre mensuelle la problématique de la gestion manuelle des boues de vidange; en faisant un focus particulier sur le projet Vimapro.

Découvrez le CR de la rencontre

  • 17 février 2016: Atelier de restitution des études du projet VIMAPRO et table ronde sur la vidange manuelle à Ouagadougou

100_3072Une trentaine de personnes provenant de différentes structures et organisations intervenant dans le domaine de l’assainissement, de la santé et de l’hygiène au Burkina Faso et à Ouagadougou. Cet atelier était donc la première rencontre des acteurs de la gestion des boues de vidange dans le cadre du projet VIMAPRO, ce qui mérite bien un article dans la presse locale !

Ensuite, 2 tables rondes se sont penchées sur les questions de l’appui institutionnel aux vidangeurs manuels par les autorités publiques et sur le problème des dépotages sauvages.

Accédez au compte-rendu !

 

  • 02 février 2016: Lancement du « Groupe VIMAPRO ça dépote »

Huit jeunes pro se sont retrouvés pour échanger sur le projet d’accompagnement des vidangeurs manuels à Ouagadougou. Le Groupe VIMAPRO ça dépote permet de réfléchir tous ensemble sur les problématiques de la vidange manuelle et faire émerger des pistes d’actions en s’appuyant aussi bien sur des expériences de vidanges manuelles en Afrique que sur d’autres continents ! Une étude est en cours sur l’organisation des vidangeurs manuels en Afrique de l’Ouest et dans le monde.

  • 21 janvier 2016: Les Jeunes Pro infiltrent une opération de vidange !jp vidange

« La première chose qui m’a le plus marquée c’est lorsque les vidangeurs ont dû casser la dalle de la latrine pour pouvoir accéder au trou… c’est impressionnant car c’est la pioche contre le ciment et des éclats volent partout, sans que le vidangeur ne soit protégé ! » (Félicie Guiard)

Retrouvez l’intégralité de l’interview de Gérard et Félicie ainsi que des photos inédites suite à leur première observation sur le terrain d’une vidange manuelle à Ouagadougou !

signature_convention

« On dirait que les vidangeurs n’ont pas honte de leur métier, contrairement à ce que j’avais déjà lu. » (Gérard Niyondiko)

  • Octobre 2015: une enquête auprès d’environ 400 ménages a été réalisée, pour déterminer les besoins en vidange et la volonté à payer pour un service de vidange amélioré. Les principaux résultats ont été présentés lors de la journée de restitution du 17 février 2016.
  • Juillet 2015: démarrage opérationnel du Projet VIMAPRO,

12 rencontres ont été organisées dans la ville, ce qui a permis d’identifier près de 200 vidangeurs manuels dans les quatre arrondissements la ville de Ouagadougou. On estime qu’ils seraient au moins le double pour tous les arrondissements de la capitale. La synthèse de ces rencontres est disponible.

  • Mars 2015: Signature de la convention tripartite entre le réseau Projection, l’ABASE et l’AJDD.

 

 

Ce projet est maintenant terminé.

Tu souhaites continuer de le suivre ? Organiser une rencontre sur le sujet ou un autre à Ouaga, ou ailleurs en Afrique ? Rejoins l’activité en lien en cliquant à droite !